Au quotidien, nous pouvons être la cible de pervers narcissiques, de manipulations émotionnelles, de harcèlement moral et/ou physique, d’ogres aspirateur de nos énergies, …

Comment se défaire de ces emprises, comment y faire face, comme se reconstruire après, comment ne plus attirer les personnes toxiques, comment se protéger à l’avenir de ces personnes et de leurs agissements sont autant de questions que nous pouvons nous poser, autant de questions qui peuvent nous aider à nous sortir de situations trop souvent difficiles et douloureuses, parfois dramatiques.

Les cibles préférées des personnes toxiques sont des personnes fragiles psychologiquement, émotionnellement ou physiquement tout le temps ou à un moment de leur vie, mais aussi des empathes. Il est tellement plus facile de s’attaquer à des plus « faibles » que soi !

Il n’y a aucune honte, aucun complexe à avoir par rapport au fait d’être empathe ou fragile. Au contraire, comprendre que cette perception du monde qui est différente pour vous, est en réalité une qualité et non un défaut à cacher.

Pour ma part, je pense que la société nous emprisonne dans des stéréotypes, dans un moule sociétal qui fait que la faiblesse est considérée comme un défaut, une tare à cacher, à étouffer. Je pense maintenant le contraire. Une citation indique « qu’il n’y a rien de normal à être adaptée à une société malade ». C’est tout à fait ça ! Il faut accepté d’être différent et pas forcément stéréotypée par rapport à la société car elle ne va pas bien. Créer et vivez votre propre monde par rapport à vos goûts, vos envies, vos propres pensées. Ce que peuvent en penser les autres n’a aucune importance.

La société, l’école, l’éducation familiale dans la majorité des cas, ne nous apprends pas l’empathie, la relaxation, l’acceptation de soi, de ses forces et de ses faiblesses, la communication, le toucher rassurant ou massant, tout ça est tabou encore aujourd’hui. C’est à mon sens une grave erreur car nous sommes désormais dans une société malade, dénuée de bienveillance et de partage. Et de toutes les conversations que j’ai pu avoir avec les personnes qui viennent me voir en entretien, mais aussi avec des inconnus rencontrés au fil des jours, mes amis, ma famille, une majorité d’entre eux pense qu’il y a un manque, que c’est dommage qu’il n’y ai pas plus d’écoute entre les gens, pas plus de partage de savoirs, de connaissances, de bons moments. Il est effarant de constater qu’en début de conversation les gens ne savent pas vraiment ce qui leur manque. Dès que j’aborde le sujet du manque, en posant des questions, il s’avère que le manque d’affection, le manque de gestes d’amour ou de bienveillance, le manque de conversations, le manque de partage de temps avec des amis, de la famille, le manque d’apprentissage sur comment aller mieux est la base d’un mal être sous-jacent et existentiel. Beaucoup se sentent démunis et triste de la situation mais indiquent qu’on ne leur à pas appris comment faire.

Les personnes toxiques ont une faculté à repérer les personnes empathes ou fragiles et déchargent leur méchanceté, leur agressivité, leur perversion sur eux. Ils sont tellement bons manipulateurs, la plupart du temps, que la « victime » fini par penser que c’est de sa faute et le cercle vicieux commence. Une personne attaquée va être sur la défensive, donc plus agressive, plus réceptive encore aux mots qui sont dits ou aux gestes qui sont faits, plus encline à faire des erreurs, plus maladroite et encore plus fragile car attaquée sur ces points faibles. Ceci « alimente » le sentiment de supériorité de la personne toxique qui va continuer de penser qu’elle est supérieure à vous, qui va accentué sa pensée qu’elle est réellement bien supérieure à vous.

Il est très difficile de se défaire de l’emprise d’une personne toxique car il est déjà très difficile de comprendre que nous sommes la victime d’une personne toxique.

On peut ressentir un mal être avec une personne, en disant je ne l’aime pas, ou je n’aime pas comment elle me parle, mais on ne l’associe pas forcément tout de suite à une emprise psychologique ou physique de la part de cette personne. Ça non plus, on ne nous l’apprend pas à l’école ou dans notre éducation. On ne nous apprends pas à mettre des mots sur nos faiblesses et à les partager. C’est mal ! Par contre ce que la société nous apprend, c’est à cacher tout ça au fond de soi, à ne pas en parler, à régler le problème soi même sans rien dire. C’est le meilleur moyen pour se rendre malade et péter un plomb ! Une citation indique que les mots qui ne sont pas dits se transforment en maux. J’adhère totalement à cet adage ! Si vous analysez vos problèmes de santé graves ou bénins à la symbolique du pourquoi vous avez ça, vous serez effaré de constater que la cause indiquée correspond pratiquement à 100 % au problème que vous rencontrez, à la situation que vous vivez. C’est un peu flippant au départ, mais une fois que vous acceptez le principe, l’idée que les mots sont associés au maux, vous aurez compris le principal et pourrez ainsi y remédier plus rapidement.

Comment se défaire de l’emprise d’une personne toxique ? Déjà, il faut accepter l’idée que nous avons été fragile à un moment et que cela suffit, accepter l’idée que c’est vous qui décidez quand cela suffit et que c’est à vous de faire le nécessaire pour que cela s’arrête. Il est très difficile de prendre la décision de dire STOP mais c’est le début d’une nouvelle vie, une renaissance ! Je suis passée par là aussi et j’ai mis des années à dire STOP, mais depuis que j’ai prononcé ce mot directement à la personne toxique, ça va beaucoup mieux ! Cette personne n’existe plus pour moi, j’ai tiré un trait sur elle. Quand vous arrivez à vous sortir d’une telle emprise, vous êtes au départ très fatigué, vidé, comme s’il vous manquait quelque chose, mais très vite, vous reprenez le dessus, vous arrivez à voir la personne toxique telle qu’elle est vraiment, telle qu’elle a toujours été, c’est à dire une pauvre personne, sans vie réelle, qui n’a de vie que dans la destruction de l’autre, qui n’a pas ou peu de vie sociale et qui se donne de l’importance en ayant une emprise malsaine sur quelqu’un. Si vous y regardez de plus près, ces personnes n’existent pas vraiment en tant que personne individuelle, ce sont souvent des personnes jalouses de la vie ou de la réussite des autres, qui pensent que seule leur vision des choses est la bonne et que tout ce que font les autres c’est mal ou mal fait ou mal dit. Pour eux, quoi que vous fassiez, ça ne va jamais.

Vous verrez que dès que vous intégrez l’image, l’idée de cette personne telle qu’elle est, vous comprenez que celle-ci ne peut plus revenir vers vous pour tenter à nouveaux de vous manipuler, car vous n’avez plus peur de cette personne.

Alors comment passer de victime à indifférent ? Il y a plein de solutions mais je pense que la principale c’est de mettre des mots sur tout ça, d’en parler, de ne plus cacher le mal être ressenti. C’est un premier pas, mais qui pour moi est le plus important. Pourquoi ? Car vous verrez qu’en parlant de ça avec un psychologue, un thérapeute, un naturopathe ou des amis ou de la famille, le mécanisme d’acceptation que cela suffit se met très vite en place. C’est le début du « aller mieux ». Comprendre que c’est la personne toxique qui est malade fait un bien fou au moral. Comprendre que vous n’avez rien fait de mal en dehors d’être vous ça fait du bien au moral. Comprendre que la personne toxique s’en prend à vous pour détruire une vie dont il est jaloux car il a une vie de « merde » ça aussi ça fait un bien fou au moral !

Une autre citation dit « Quoi tu fasses, ça ne plaira jamais à tout le monde, alors fait ce que tu veux ». C’est tellement vrai ! Prenez la décision de vivre pour vous, avec vos idées, vos goûts, vos envies. Ça plaît ? Tant mieux. Ça ne plaît pas ? Tant pis. Ça va peut être faire le tri dans vos amis et votre entourage, mais ne resteront que ceux qui aime réellement la personne que vous êtes. Ça aussi ça fait un bien fou, de ne plus avoir besoin de paraître, de faire semblant pour ne pas paraître « bizarre ». Essayez, vous verrez que la vie est plus facile quand on arrête de réfléchir pour faire plaisir aux autres avant de s’écouter et de prendre soin de soi.

Sortir d’une relation toxique ouvre les yeux sur tout un tas de choses dans sa vie. Les priorités changent. C’est une bénédiction, une renaissance, une nouvelle vie qui commence.

Profitez de la vie ! Prenez soin de vous !

Céline BOUTAIN-DUBAT, Naturopathe

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :